16 novembre : interview de Ronan Dantec dans le Monde à propos du projet d’aéroport à Notre Dame des Landes

 « N’est-il pas temps de nommer un médiateur ? » (Propos recueillis par Grégoire Allix)

L’écologiste Ronan Dantec est le vice-président de la commission du développement durable, des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement du territoire au Sénat, où il a été élu en 2011.

Il connaît parfaitement le dossier de Notre-Dame-des-Landes et son principal défenseur, Jean-Marc Ayrault : Ronan Dantec a été, pendant dix ans (de 2001 à 2011), adjoint à l’environnement de l’actuel premier ministre lorsqu’il était maire de Nantes.

Que reprochez-vous au projet de Notre-Dame-des-Landes ?

Le problème principal, c’est que le débat démocratique n’est pas respecté. C’est très important pour comprendre l’ampleur de l’opposition. Depuis le début, les motivations réelles qui sous-tendent la création de cet aéroport ne sont pas mises sur la table.

Jean-Marc Ayrault a soutenu ce projet pour une raison principale : la crainte que les nuisances sonores empêchent l’urbanisation de l’île de Nantes. Le problème, c’est qu’au lieu d’expliquer l’enjeu d’urbanisme le projet a été vendu avec pour argument la saturation de l’aéroport existant. Or l’enquête publique a démenti cette hypothèse. Mettre en avant de mauvaises raisons a conduit à convaincre dès l’origine les opposants que ce projet n’avait pas de justification !

Aucun argument ne justifierait cet aéroport ?