AFP - 09 octobre 2015

Plus de 250 militants d'Europe Ecologie Les Verts, dont des têtes d'affiche comme Yannick Jadot ou Cécile Duflot, avaient signé vendredi un "appel pour la responsabilité des écologistes", affirmant "une ligne stratégique claire" afin de "dissiper une certaine ambiguïté".

A l'initiative du groupe Europa (Ecologie-Unité-Responsabilité-Ouverture-Participation-Ambition) qui réunit des membres historiquement situés au centre du mouvement, cet appel se veut le signe d'"un mouvement qui retrouve ses esprits et est en train de se forger une position centrale, capable de rassembler très largement", a déclaré à l'AFP le sénateur EELV Ronan Dantec.

"Dans cette période décisive, il est aberrant que le message écologiste soit occulté par des conflits nés de stratégies personnelles, de postures stratégiques exacerbant les divisions", assurent les signataires dans cet appel qui "se veut ferme et porteur de sérénité". 

La secrétaire nationale du parti et tête de liste aux régionales en Ile-de-France Emmanuelle Cosse ne fait pas partie de la liste des signataires, en raison de ses responsabilités selon M. Dantec. Julien Bayou, un de ses porte-parole tenant d'une ligne plus à gauche, n'y figure pas non plus. 

Les signataires souhaitent réaffirmer un des "grands principes" du parti créé en 2010, c'est-à-dire l'"autonomie contractuelle" alliant indépendance et ouverture aux discussions "sur le fond" avec la gauche de gouvernement. 

"Notre avenir ne s'inscrit pas dans un cartel des gauches qualifiées de radicales", préviennent-ils. 

Ils appellent également à placer en priorité "la réussite des régionales", sans s'en "distraire" dans la perspective plus lointaine de 2017. Dans ce cadre la signature de l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot qui cache à peine ses ambitions présidentielles est pour M. Dantec "politiquement un vrai signal". 

EELV se retrouve ce week-end à Paris pour son conseil fédéral, première réunion de ses instances depuis les départs de plusieurs figures du mouvement fin août, dont Jean-Vincent Placé et François de Rugy.