13 décembre 2011

Par Philippe Gambert, Ouest-France : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Vers-une-place-de-la-Laicite-a-Nantes-_-2021473------44109-aud_actu.Htm

Christine Meyer, conseillère municipale, a demandé qu'une place soit dénommée ainsi. Une réflexion est entamée pour envisager sa localisation.

La chevènementiste Christine Meyer a fait la demande hier au conseil municipal : « Je souhaite qu'un lieu soit dénommé place de la Laïcité à Nantes. » À Paris, une telle place vient a été inaugurée vendredi. À Nantes, Jean-Marc Ayrault, le député-maire, a accepté la proposition et a chargé Stéphane Junique, l'adjoint au patrimoine, d'en étudier le projet.

De fait, la réflexion est déjà entamée. Dans les années à venir, il y aura très vraisemblablement une place de la Laïcité alors qu'existe déjà par exemple, une place de la République ou un boulevard de l'Égalité. Plusieurs lieux sont envisagés : le quartier de la création sur l'île de Nantes, le secteur de l'ancienne Bourse du travail, enfin la zone devant le château qui va faire l'objet d'un lourd aménagement.

« La laïcité est un élément constitutif de la République, argumente Christine Meyer. Elle permet le respect de la liberté de conscience. Elle marque l'obligation pour chacun de ne pas se prévaloir de ses convictions religieuses ou encore de ses appartenances culturelles ou ethniques pour intervenir sur la place publique. »

La laïcité constitue le socle du vivre ensemble. Une quasi-unanimité règne sur cette question. Interrogés en marge du conseil, les différents groupes politiques adhèrent à la proposition. D'Alexandre Mazzorana, du Parti radical de gauche - qui a participé très récemment à Nantes-Nord à un banquet laïc co-organisé par le Grand Orient - jusqu'à Benoit Blineau, du Modem, en passant par les élus de l'UMP ou du PC.

« C'est une très bonne initiative, souligne Alexandre Mazzorana, alors que le dogme intégriste, toutes religions confondues, tente d'enfoncer des coins dans l'unicité de la laïcité. » Sophie Van Goethem, de l'UMP, va dans le même sens : « Dénommer une place de cette façon, est une façon de positiver la laïcité comme principe de base de notre démocratie et de notre République. »

Quant à Benoit Blineau du Modem, il place « cette question au-dessus de tout, sans opposer la laïcité à la religion ». Ronan Dantec, le sénateur vert, a trouvé une jolie formule : « C'est une bonne idée, car une place est obligatoirement ouverte et au croisement de plein de choses. »

Dans ce concert unanime, Aicha Bassal, d'Europe Écologie les Verts, favorable aussi à l'initiative, apporte un bémol : « Il ne faudrait pas que la laïcité soit un mot correct pour faire de l'islamophobie. » Christine Meyer n'est pas d'accord : « C'est au contraire le non-respect, pour toutes les confessions religieuses, du principe de laïcité, qui risque parfois d'entraîner chez certaines populations des réactions islamophobes.