Lors de la conférence de presse organisée au siège d'EELV et en présence de Pascal DURAND, secrétaire national, Elise LOWY et Jean-Philippe MAGNEN, porte-paroles, José BOVE, député européen, Yannick JADOT, député européen, François De RUGY, député, co-président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, Ronan DANTEC sénateur, Sandrine BELIER députée européenne et Elen DEBOST, secrétaire régionale Pays-de-la-Loire, les écologistes ont rappelé leur volonté de dialogue dans un cadre pacifié sans force de l'ordre.

Ci-après la dépêche SIPA

PARIS (Sipa) -- Le secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Pascal Durand a "pris acte" mardi de la mise en place par le gouvernement d'une commission de dialogue sur le projet de Notre-Dame-des-Landes. Il regrette toutefois que les opérations de police "ne soient pas arrêtées" sur place.

"Nous avons pris acte (...) avec satisfaction" de la mise en place par le gouvernement d'une commission de dialogue sur le projet de Notre-Dame-des-Landes, a déclaré M. Durand mardi lors d'une conférence de presse au siège d'EELV à Paris, précisant qu'il s'agissait d'une "situation nouvelle". Le gouvernement a également suspendu les opérations de défrichage sur place pour une durée de six mois.

"Pour autant, nous avons regretté (...) que les opérations policières en parallèle (...) ne soient pas arrêtées", a déploré le patron des écologistes. "Il ne peut pas y avoir de place à un dialogue ou à un débat dès lors qu'il y a des violences sur le terrain", a-t-il poursuivi. Et d'ajouter : "il faut que le gouvernement prenne acte (...) de notre demande d'apaisement sur place et de retrait des forces de police".

Désireux d'alimenter le débat, les écologistes ont élaboré un dossier de presse pointant les "intox" qui circulent, selon eux, sur le projet, notamment sur le fait qu'il "n'y a plus aucun recours juridique". Reste à savoir quelles seront les modalités de la commission de dialogue proposée par le gouvernement.

"On est attentifs à la composition de la commission" et "à son cahier de route", a souligné l'eurodéputé EELV José Bové, également présent à la conférence de presse. "Il faut savoir comment elle va travailler", a-t-il précisé. "C'est important qu'il n'y ait pas de date butoir. Il ne peut y en avoir", a-t-il affirmé.

Refusant de réduire le débat à une opposition entre le Parti socialiste et ELLV, Pascal Durand a réaffirmé que les écologistes sont à leur place dans la majorité. "Nous sommes dans une majorité pour y porter aussi le débat. On n'est pas simplement là (...) pour marcher au pas derrière des décisions, aussi bonapartistes soient-elles", a-t-il toutefois précisé, assurant que les écologistes ne renonceraient "jamais".

cd/co