Le refus de l'État de jouer la carte de la transparence va se traduire par une forte mobilisation sur le terrain.

NDDL : beaucoup de bruit pour rien !

20121117-NDDL Manif-3Le préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, concluait ce matin l'année de « concertation » avec les associations mobilisées contre le projetde Notre-Dame-des-Landes. Il devait pour se faire annoncer un calendrier ainsi que la signature de deux arrêtés préalables aux travaux. Il n'en a rien été ce matin : aucun calendrier pour les travaux n'est avancé, les arrêtés ne sont pas signés.

Les élu-e-s écologistes dénoncent la communication dont les partisans du projet ont fait preuve dès vendredi.
« Les promoteurs du projet doivent arrêter de prendre leurs désirs pour la réalité » expliquent les écologistes. C'est de l'intox : une vaste opération de communication a été orchestrée pour prétendre une nouvelle fois que le projet avance, alors qu'il n'en est rien. Cela fait des mois que le préfet doit signer les arrêtés et annoncer un calendrier. Nous constatons simplement et objectivement que ce n'est toujours pas le cas »

Les réserves de la commission de dialogue n'ont pas été levées. Malgré la main tendue par les opposants dont il faut souligner la qualité du travail technique et la participation active à cette commission, l'État a clairement refusé de rouvrir le dossier et de travailler sérieusement sur les objections précises qui lui ont été soumises. En refusant d'intégrer l'arrivée d'avions moins bruyants ou en restant sur des chiffres absurdes sur les mouvements prévisibles (décollages et atterrissages en baisse en 2013 sur Nantes-Atlantiques), la DGAC a, de fait, confirmé par la faiblesse de son propre dossier, son parti pris en faveur du projet de Notre-Dame des Landes et sa vision idéologique du transport aérien et du développement du territoire.

Malgré ses affirmations, l'État a démontré son incapacité à accepter les contre-expertises : un projet d'Etat reste expertisé par les services de... l'Etat. C'est contraire à l'esprit de la commission de dialogue et à ses préconisations. Nous le regrettons profondément. Les élus écologistes tiennent donc à réaffirmer leur soutien aux associations (ACIPA - CDEPA - COPAIN) menant la lutte sur le site, dans un esprit de non-violence et de respect des personnes.

Mascarade de communication, mascarade de contre-expertise, les écologistes en appellent au Président de la République pour que soient respectées les préconisations des commissions de dialogue et d'experts scientifiques et que soit enfin engagées les études indépendantes nécessaires.