Une stratégie cohérente et sans ambiguité permettant un large rassemblement au sein d'Europe Ecologie les Verts

A l'initiative d' E-U-R-O-P-A (Écologie - Unité - Responsabilité - Ouverture - Participation - Ambition) :

Appel à la responsabilité des écologistes

L'arrivée massive de réfugié-e-s et l'asphyxie politique et sociale de la Grèce menaçant l’Europe de désintégration, la négociation climatique à Paris en décembre où se jouera en partie l’avenir de l'humanité, le risque de légitimation par les urnes du péril xénophobe en France.... les crises que nous connaissons, d’une gravité exceptionnelle, appellent à la mobilisation, à l’affirmation d’un projet écologiste qui seul apporte de réelles réponses.
Dans cette période décisive, il est aberrant que le message écologiste soit occulté par des conflits nés de stratégies personnelles, de postures stratégiques exacerbant les divisions.

Cela maintenant suffit ! L’écologie politique a une histoire collective qui ne peut être confisquée par la surexposition médiatique de quelques-uns. L’écologie politique n’existe que par l’investissement de celles et ceux qui la portent au quotidien et ils sont des milliers : militants en première ligne des luttes de terrain, artisans de la construction d’alternatives concrètes, élu-es aux bilans souvent remarquables. Cette force vive de l’écologie politique doit être respectée, elle est l’ossature sur laquelle repose la crédibilité du message des écologistes.

Cet appel à la responsabilité se veut à la fois ferme et porteur de sérénité : ferme dans notre refus de l’ affaiblissement d’Europe Ecologie les Verts et, de ce fait, des comportements qui nourrissent cette fragilisation et participent à l’exacerbation des conflits internes ; serein pour contribuer encore et toujours à apaiser un mouvement qui n’est fort que quand il réussit à faire travailler ensemble des militants aux cultures diverses, à faire débattre collectivement pour forger des positions partagées sur les grands débats qui nous traversent.

Nous appelons au rassemblement et à l'unité de toutes celles et tous ceux qui se retrouvent dans le projet fondateur d’Europe Ecologie Les Verts, qui ne se résignent pas à l’affaiblissement de l’écologie politique au moment où notre société en a un besoin vital et, nous en sommes convaincus, un désir profond. Tous les jours, nous constatons les multiples révolutions du quotidien qui irriguent la société et participent à la rendre plus solidaire et plus écologique. Plus que jamais, nous devons continuer à aller à la rencontre de ces énergies positives, et faire liens et alliances avec elles.

Nos grands principes, nous les connaissons. Ils fondent un projet original qui doit s’appuyer sur une grande formation de l’écologie politique :
- Un programme qui s'inscrit, et nous sommes toujours les seuls à le proposer, dans le cadre d'un monde aux ressources limitées, ce que refusent d'envisager les apôtres de la croissance illimitée et du productivisme. Ceci explique d'ailleurs leur incapacité à répondre aux défis environnementaux dont ceux du dérèglement climatique, de l'érosion grave de la biodiversité et de la surexploitation des ressources naturelles.
- La poursuite de la construction européenne, seule à même d’imposer les cadres de régulation dont le monde a besoin. Celle-ci doit aboutir indéniablement à une véritable Europe Politique, objectif qui nous engage avec l'ensemble des partis Verts européens pour ce siècle. Il ne s’agit pas d’être béatement européen, mais face aux risques de replis nationalistes, face au renforcement de souverainismes de droite ou de gauche que nous devons combattre résolument, nous redisons l’urgence de cet engagement européen.
- L'exigence de mettre constamment les droits humains et la défense des plus fragiles au cœur de l’action publique, ici et là-bas : les écologistes ont toujours été à la pointe des combats, sur le terrain et par des propositions de loi pour l’accueil des migrants, les politiques de logement, la défense de la protection sociale, la redistribution des richesses, l’égalité des droits et l’émancipation des minorités culturelles et sexuelles etc... C'est un des socles de notre identité collective.
Même si sur tel ou tel sujet, des débats peuvent exister, il n’est pas envisageable que celles et ceux qui se reconnaissent dans ce triptyque se dispersent dans une mosaïque de micro-partis... Ce serait se condamner à ne peser sur rien et à décevoir des électeurs dont nous sommes convaincus qu’ils ont toujours un profond désir d’écologie. Ce serait rater le rendez-vous historique auquel l'écologie politique est conviée.
Plus que sur les sujets de fond, depuis trente ans, c’est davantage sur les débats stratégiques, et notamment autour des rapports au parti socialiste, que s’exacerbent nos tensions et nos divisions. Coincé dans un système électoral qui tend au bipartisme et empêche toute juste représentation de la diversité politique, notre parti est régulièrement contraint à des débats sur les alliances à nouer, débats nourris aujourd’hui par les déceptions fortes sur l’action gouvernementale, ou les approches désespérément politiciennes du PS.
Nous sommes clairs en rappelant notre socle commun, autour de ce que nous appelons collectivement « autonomie contractuelle », c'est-à-dire notre capacité à affirmer nos propositions, à peser dans les urnes et à transformer ce rapport de force en coalitions de projets et en contrats de majorité, à la condition qu’ils soient à la hauteur des enjeux et influent en profondeur sur les nécessaires réorientations de l’action publique. Nos bilans dans nombre de régions où nous avons réellement engagé la transition écologique montrent d’ailleurs la pertinence de cette démarche. L’autonomie contractuelle, c’est accepter d’exercer pleinement le pouvoir sur la base de projets clairs.

Aujourd’hui les débats autour des choix stratégiques à opérer s’éloignent de cette culture commune de l’autonomie contractuelle, que nous avions patiemment forgée, notamment dans les territoires.
Nous écartons sans ambiguïté la stratégie de ceux, par ailleurs très minoritaires, qui croient que des accords de gouvernement sont possibles sans rapport de force. L’actuel alignement de quelques-uns sur les initiatives du PS, la disparition de leur part de toute critique de l’action gouvernementale montrent l’impasse dans laquelle ils se fourvoient. En même temps, il y a les affirmations parfois tout aussi péremptoires de ceux qui écartent par principe toute nouvelle discussion de fond au sein de la gauche de gouvernement. Notre avenir ne s’inscrit pas dans un cartel des gauches qualifiées de radicales.
Dans un monde en évolution très rapide, c’est au présent que doivent se penser nos stratégies. Nos électeurs et sympathisants savent à la fois le temps long du changement et la nécessité de l’action immédiate. Alors face aux urgences environnementales et sociales, ils exigent un engagement de tous les instants. Nous refusons dès lors les dogmes stratégiques. Pour nous, disponibilité permanente pour la discussion et exigences constamment réaffirmées sur le fond sont nos principes politiques.
La réussite des élections régionales est la priorité absolue. D’autres échéances, notamment l’élection présidentielle dont le contexte est encore largement inconnu, ne doivent pas nous distraire de cet objectif. Les territoires sont les espaces privilégiés de reconquête démocratique et de démonstration de la pertinence de nos solutions et de la cohérence du projet écologiste. Nos campagnes électorales doivent donc traduire, par la constitution de nos listes le lien avec celles et ceux qui font bouger la société au quotidien dans les territoires. Elles doivent détailler les propositions pour répondre aux défis actuels et permettre d'enrayer la montée des extrémismes populistes et du repli sur soi qu’incarne l’extrême droite.
Dans la période où nous vivons, où l’accumulation des crises incitent au repli sur soi, à l'abstention ou au vote extrême, notre responsabilité est immense. C'est à nous que revient de montrer qu'une voie existe, à travers notre projet, pour une société plus apaisée, démocratique, solidaire et écologique. Nous ne pouvons donc décevoir.
Les signataires de cet appel s’engagent aujourd’hui pour que l’écologie politique se réaffirme sur ces bases.

Premiers signataires :

Ronan DANTEC
Yannick JADOT
Laurence ABEILLE
Mathias ADER
Brigitte ALLAIN
Glenn ANDRE
Gérard AUBRON
Lionel AUDION
Laurent AUDOUIN
Danielle AUROI
Henri AREVALO
Jacques ARTHUIS
Jean-François BAILLON
Jean-Michel BAILLY
Bruno BARON
Catherine BASSANI-PILLOT
Marius BASTY
Guy BATIOT
Fabrice BAZIN
Sandrine BELIER
Lionel BECUS
David BELLIARD
Jean-Marc BEN
Esther BENBASSA
Corinne BERNARD
Carole BERNHARD
Bruno BEZIADE
Martine BIET – CARRE
François BLACHON
Célia BLAUEL
Vincent BOILEAU
Marie-Jeanne BOIS
Delphine BONNET
Marianne BOULC’H
Philippe BOULLAIS
Marie-Christine BOUTHEAU
Pierre BOYER
Sophie BRINGUY
Dominique BRUNEAU
Christian BUCHER
Jean-François BUIGUES
Olivier BULARD
Christophe BULTEL
Claude CADOT
Catherine CANDELIER
Christelle CARDET
Jean-François CARON
Claire CARRE
Sylvie CASSOU-SCHOTTE
Yves CARRE
Bruno CHARLES
Patrice CHATEAU
Gérard CHAUSSET
Christian CHENU
David CHERFA
Françoise CHEVALLIER
Martine CHEVAUCHERIE
Alexandre CHATEAU-DUCOS
Pascale CHIRON
Catherine CHOQUET
Jean COIRIER
Germain COLLOMBET
Maryse COMBRES
Yves CONTASSOT
Mahel COPPEY
David CORMAND
Patrick COTREL
Jean-Louis COURONNEAU
Françoise COUTANT
Yves COUTURIER
Guillaume CROS
Jacques DALIBERT
Pascale DEBORD
Elen DEBOST
Pascale DE LA LOGE
Pierre DELAPRADE
Gabriel DELICOURT
Monique DE MARCO
Marc DENIS (44)
Marc DENIS (95)
Bernard DERBEZ
Claire DESMARES
Laure DESVALOIS
Manuel DEVILLERS
Françoise DIEHLMANN
Marco DI GIUSTO
Françoise DORVAL
Ludovic DRONET
Laurent DUBOST
Nicolas DUBOURG
Jean-Louis DUCLUZEAU
Cécile DUFLOT
Jean-Luc DUMESNIL
Pierre DUMILLON
Vincent DULONG
Gérard DUPOUY
Marie-Claire DUPOUY
Jean DUVERGER
Jean EDOM
Françoise EMERY
Nicole ESCHMANN
Catherine ESNEE
Léon ESTROUMSA
Frédéric FAVERJON
Laurent FAVET
Florence FEVRIER
Patrick FONTANAUD
Bastien FRANCOIS
Alain FRAPPIN
Laurent FREBOEUF
Lionel FREL
Daniel FREYGEFOND
José GARCIA
Bernard GARNIER
André GATTOLIN
Jean-Christophe GAVALLET
André GERLAND
Jean-Marc GERLIER
Sylvain GIRAULT
Richard GLEIZAL
Régis GODEC
Daniel GOUFFIER
Laurence GRAFFIN
Armand GUERIN
Valérie GUEROUT
Michel GUILHAMELOU-SEMPE NARIOO
Jean-Sébastien GUITTON
Isabelle GUYON
Pascale HAMEAU
Guy HANNEBIQUE
Pierre HEMON
Brigitte HERIDEL
Catherine HERVIEU
Philippe HERVIEU
Pierre HURMIC
Rosy INAUDI
Jérémie IORDANOFF
Christian JAMES
Delphine JAMET
Alain JEAN
Dominique JOUBERT
Marie-Madeleine JOUBERT
Dominique JOURDAIN
Sylvie JUQUIN
Alain JUND
Christine JUSTE
Mamadou KEITA
Hugues LABERGERIE
Julie LAERNOES
Olivier LAFOND
Frédéric LAMBLIN
Jean-Luc LANCELEVEE
Marité LAPOUBLADE
Bernard LACHAMBRE
Boris LAMBERT
Patrice LANCO
Romain LAVEAU
Pierre-Yves LEBRUN
Béatrice LECCIA
Sandra LECHARTRE
Marie LECLERC-BRUANT
Estelle LEMOINE MAULNY
Gérard LE POMMELEC
Michèle LE TALLEC
Gérard LEVY
Jean LISSAR
Olivier LONGEON
Loic LORENZINI
René LOUAIL
Jean-Philippe MAGNEN
Isabelle MAISTRE
Brigitte MAISONNEUVE
Françoise MARCHAND
Mickaël MARIE
Philippe MARROT
Alexis MARTIN
Nicolas MARTIN
Jean-Jacques MARTINEZ
Alain MASSE
Colette MEELDIJK
Isabelle MEIFFREN
Philippe MENARD
Hervé MENCHON
Pierre MERIAUX
Maxime MESSIER
Christian METAIRIE
Pierre MINNAERT
André MINETTO
Claire MONOD
Maurice MOREL
Cyrille MOREAU
Janick MORICEAU
Laurence MOTOMAN
Jacques MOULIN
Arlette MOUSSEAU
Daniel MOUSSET
Patrick NAIZAIN
Christophe NAJDOVSKI
Simon NAU
Maud NAVARRE
Dany NEVEU
Franck NICOLON
Thanh-Tin NGUYEN
Marie-Claude NOEL
Patrick ODIARD
Dirk OFFRINGA
Jamel OUFQIR
Jean-Marc PANSARD
Nicolas PATUREAU
Michel PERRIER
Emmanuelle PIERRE MARIE
Cyril POUCLET
Christian PORRIN
Jean-Claude PRADELS
Tony RAFFIN
Daphnée RAVENEAU
Maël RANNOU
Corinne RAUTURIER
Pierre-Yves RENAUD
Catherine RENAUX
Stéphane RENAUX
Stéphanie RENIER
Frédéric RITTER
Pierre ROBINE
Marie-Claude ROCHETTE
Raphaël ROMI
Jean-Luc ROQUES
Franck ROLLAND
Michel ROUGE
Michel ROULET
Paulin ROY
Michèle RUBIROLA
El Djouhar SADI HADDAD
Gabriel SAMPAIO
Mounir SATOURI
Stéphane SAUBUSSE
Georgette SAUVAIRE
Gerold SCHUMANN
Pierre SERNE
Patricio SILVA BRIGNARDELLO
Thierry SOLER
Michel SOURROUILLE
Dominique STEINKRIETZER
Martine SUBIL
Christianne SUDNIKOWICZ
Jean-Marc TAGLIAFERRI
Claude TALEB
Jean-François TALLIO
Corinne TISSIER
Marine TONDELIER
Julien THOMAS
Marie-Claire THOMAS
Olivier THOUARD
Pierre TREGUIER
Antoine VALABREGUE
Michèle VARNEY
Patrick VARNEY
François VEILLERETTE
Denis VENE
Marie-Michelle VIALLETON
Philippe VIALLETON
Odile VIGNAL
Dominique VOYNET