Communiqué de presse diffusé par Ronan Dantec à l'issue de la conférence de presse de Nicolas Hulot détaillant le plan climat de la France pour les cinq années à venir.

 

Inscrire l’avenir de la centrale de Cordemais dans la transition énergétique en cours

Le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a annoncé ce matin un programme ambitieux de mutation de l’économie française pour atteindre la neutralité carbone au milieu du XXIème siècle.

Dans ce cadre, la sortie définitive du charbon dans la production électrique était inéluctable. La fin de l’utilisation du charbon à la centrale thermique de Cordemais dans les toutes prochaines années n’est donc pas une surprise, et elle se devait d’être anticipée.

Le développement renforcé et accéléré des énergies renouvelables va nécessiter dans un premier temps le maintien de centrales thermiques d’appoint puis de capacités de stockage pour en « lisser » les intermittences. Par sa localisation dans l’ouest et l’espace disponible sur le site même, Cordemais peut jouer un rôle stratégique dans cette mutation chaque jour plus inéluctable.

Je demande donc aux pouvoirs publics et à EDF d’y accélérer les investissements en matière d’expérimentation de techniques de valorisation des biomasses aujourd’hui inutilisées (y compris leur conditionnement pour utilisation en intermittence) et d’examiner sans tarder la possibilité d’installer sur un site particulièrement proche des grands réseaux électriques et gaziers, un démonstrateur de stockage d’électricité sous forme gazière (H2, CH4).

Les élus locaux et les salariés doivent être rapidement et étroitement associés à la réflexion sur l'avenir du site de Cordemais, en particulier sur les enjeux sociaux qu’entrainera cette reconversion. 

Comme je le fais depuis des années, je continuerai à m’investir pour le maintien d’emplois du futur sur ce site et le positionnement de la Basse-Loire sur les filières d’avenir de la transition énergétique.