Le 21 février dernier s’est tenu à Nantes, à l’initiative d’Aude Amadou, députée et Ronan Dantec, sénateur, une réunion d’échanges sur les enjeux démocratiques et notamment sur les modalités d’organisation des referendums. Cette réunion s’est inscrite dans le cadre du grand débat national, sur le thème de la démocratie et la citoyenneté.

Durant plus de trois heures et après une présentation les pratiques référendaires en France et au-delà de nos frontières (cadrage réalisé par mesdames Caroline Bardoul, juriste, et Aliénor Ballangé, philosophe et politologue), nous avons donc échangé sur les modalités concrètes de construction d’une démocratie rénovée en nous interrogeant plus spécifiquement sur la question du referendum.

Le débat a été ouvert par des acteurs du territoire portant des propositions et des réflexions à partir de situations et de mobilisations locale.

Ainsi, Isabelle Macé représentant le groupe des « exigeants » des gilets jaunes de St-Nazaire a souligné la perte de confiance dans la politique en insistant sur le referendum d'initiative citoyenne qui, selon elle, doit être considéré comme un outil de démocratie directe pour « redonner le pouvoir au peuple car nous avons des représentants mais nous ne nous sentons pas représentés ». Kévin Jézéquel, de Bretagne réunie, a montré le caractère insurmontable des difficultés pour organiser un referendum sur la réunification de la Bretagne. Isabelle Mercier de la CFDT a quant à elle ouvert le débat sur la démocratie sociale, rappelant que le vote n’est pas le seul moyen pour exercer sa citoyenneté, que s’investir dans une association, un syndicat, ou un parti politique permettent aussi d’être entendu. L’association A la Nantaise a souligné que la démocratie c’est d’abord respecter la loi, ce qui ne fut pas le cas lors du débat sur le projet de deux stades à la Beaujoire, où la commission nationale du débat public (CNDP aurait dû être saisie. Enfin, Le collectif démocratie ouverte a indiqué qu’un des meilleurs moyens pour prendre des décisions de manière rationnelle et non émotionnelle était de le faire au sein d’assemblées de citoyens tirés au sort.

Ce document de restitution a été soumis pour avis aux intervenants, vous pouvez le télécharger ici.