La nouvelle majorité sénatoriale doit marquer sa différence contre les conservatismes et proposer une loi, symbole d'une gauche moderne, ouverte au monde.

Ci-après l 'article de Ronan Dantec publié dans l'hebdomadaire en langue bretonne : Ya!

"Le prochain gouvernement de gauche aura une responsabilité très lourde concernant l'avenir des langues régionales et minoritaires. Grâce à l'engagement des militants qui ont développé les filières d'enseignement, et en premier lieu Diwan, l'idée fataliste d'une disparition inéluctable de ces langues s'est dissipée. Notre volonté politique est donc aujourd'hui d'accompagner cette dynamique en y mettant les moyens de l'action.

Nous devons nous appuyer sur la modernité de langues assumées et pratiquées par de jeunes adultes, et pas seulement en milieu rural, pour rassembler cette majorité parlementaire qui nous a, jusqu'ici, toujours fait défaut. Nous devons mettre en avant notre responsabilité dans la défense, d'une part, de la pluralité et de la richesse du monde et, d'autre part, faire le lien avec la difficulté atavique de la société française à s'ouvrir à la diversité, comme le soulignent les tentations xénophobes qui s'expriment dans cette campagne présidentielle. Nous sommes le camp du progrès !

On dit le Sénat particulièrement rétif à toute loi sur le sujet...voire réforme constitutionnelle ! Aujourd'hui, siège au Sénat une nouvelle majorité de gauche. Elle doit ici aussi marquer sa différence contre les conservatismes. La loi que nous devons faire adopter peut etre un symbole d'une gauche moderne, ouverte au monde.

Je m'engagerai résolument dans ce débat.

Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique.

Auteur de "Bretagne au XXème Siècle"