Piscine de déchets radioactifs dans le Cher : « le nucléaire en France n’est pas transparent » assure le sénateur Ronan Dantec
Edf souhaiterait construire une nouvelle piscine de déchets radioactifs dans le département du Cher, selon le site d’information Reporterre. Un projet qui n’est pas démocratique assure le sénateur écologiste Ronan Dantec.

Article de Alexandre Poussart (Public Sénat) à consulter en ligne ici

 Le site d’information écologiste Reporterre affirme, ce mardi, qu’EDF prépare une nouvelle piscine de stockage de déchets radioactifs sur le site de la centrale de Belleville-sur-Loire, dans le Cher. Ce projet doit pallier la saturation de la piscine de la Hague (Manche) où sont entreposés les déchets de plusieurs réacteurs nucléaires. Selon le site d’information Reporterre, la piscine de Belleville-sur-Loire pourrait accueillir entre 6 000 et 8000 tonnes de métaux lourds radioactifs, soit 69 à 93 coeurs de réacteur nucléaire.
« Pas de débat démocratique sur le nucléaire » selon Ronan Dantec

De plus, ni les élus ni la population ne semblent au courant d’un tel projet. Le sénateur du Cher François Pillet avouait même apprendre l’information par la presse, ce mardi matin. « Cela montre bien que le nucléaire en France n’est pas transparent et ne fait pas l’objet d’un débat démocratique » analyse le sénateur écologiste Ronan Dantec. « Nous sommes obligés d’apprendre les intentions d’Edf par le biais des associations et des journalistes. »
« En France, on ne sait toujours pas stocker les déchets nucléaires »

Le sénateur dénonce « l’aberration du secteur nucléaire en France, car on sait faire des centrales et on ne sait toujours pas stocker les déchets nucléaires. Ce projet de Belleville-sur-Loire fait écho au centre d’enfouissement de Bure, dans la Meuse, où on va construire un trou pour y mettre des déchets qui seront encore actifs dans des milliers d’années mais on aura perdu la mémoire. »
« Il y a un problème avec les déchets nucléaires gazeux » concède Alain Houpert, sénateur LR et radiologue

Contrairement au projet d’enfouissement de Bure à long-terme, la nouvelle piscine de Belleville-sur-Mer entrepose les déchets à court-terme « et ne représente pas de danger pour la population » assure Alain Houpert, sénateur (Les Républicains), radiologue de profession. Il concède cependant qu’il y a « un problème avec les déchets nucléaires gazeux comme le tritium, un gaz qui passe à travers toutes les structures de stockage. Mais la science a évolué sur ce gaz et ses déchets sont aujourd’hui dans les normes internationales. »